Ad

La dixième édition du Zoute Grand Prix a attiré quelque 250.000 visiteurs lors d’un week-end printanier ensoleillé entièrement dédié à l’automobile ancienne.


Une fois par an, le Zoute vit au rythme de l’automobile de sport et de luxe. Podiums, drapeaux à damiers et bottes de paille ornent la digue et les trottoirs. De l’« Hôtel Memlinc » jusqu’au River Woods Beach Club, de la place Albert au Royal Zoute Golf Club : le Zoute Grand Prix est omniprésent. L’avenue du Littoral et les rues avoisinantes vrombissent et exhalent des parfums d’antan. C’est l’essence même de l’automobile qui embaume la station balnéaire la plus huppée de la côte belge à la mi-octobre.

Avec quelque 250.000 visiteurs recensés sur trois jours, cette dixième édition du Zoute Grand Prix a été un nouveau grand cru et un pôle d’attraction majeur. Autant dire que tous les importateurs belges de marques haut de gamme font partie de la fête ! La plupart d’entre eux aménagent de luxueux chalets sur la digue, où ils présentent leurs concept-cars les plus extravagants – comme cette Mercedes-Benz EQ Silver Arrow – ou leur gamme de nouveautés – comme ces Audi RS Q3 Sporback, RS 6 et RS 3 Avant. Et tout cela bien avant le Salon de l’auto de Bruxelles, début janvier prochain.

Un musée vivant de l’automobile

Oui, tout le gratin de l’automobile belge, importateurs compris, tient à être présent, que ce soit en compétition de régularité ou en simple mode balade, qui n’a rien de tout repos.

Cette manifestation est d’abord et avant tout un musée vivant de l’automobile, où l’on voit, entend et sent tourner les voitures parmi les plus belles et les plus rares : Porsche 356, Bentley, Mercedes 300 SL portes papillon, Austin Healey 100, Jaguar XK 120, Jaguar E-Type, Ferrari 275 GTB ou BMW 328, comme celle que pilote Stéphane Sertang.

Ces belles carrosseries et fines mécaniques sont confrontées à des conditions de roulage souvent difficiles, comme ces petits chemins de campagne flandrienne, rendus boueux par l’activité agricole et glissants par les précipitations. Le roadbook mène aux plus beaux paysages le long de la Lys, dans des communes cossues comme Laethem-Saint-Martin, entre Nevele et Nazareth. Là, sous certains capots, les nombreux chevaux doivent sentir l’écurie. On y trouve des voiries aux noms curieux comme Leegzakstraat, la rue de la poche vide, ou autre chose… 

 

Une Ferrari à près de 3 millions…

Parallèlement, le Zoute Sale, organisé par la maison Bonhams, n’a pas failli à la tradition. Avec un résultat global de plus de 10,5 millions sous le marteau du commissaire-priseur, l’édition 2019 a été à la hauteur de toutes les espérances. Notamment avec cette remarquable Ferrari 275 GTB Alloy « long nose » de 1965 (châssis n°08061) qui a tenu son rang de star de la vente aux enchères. La sportive de Maranello, qui a appartenu une dizaine d’années à Gregory Noblet, le fils du gentleman-driver Pierre Noblet (deux podiums aux 24 Heures du Mans), a été adjugée 2.875.000 €.

Members Only partner, editorial coordination and reporter

Comments are closed.