Ad

C’est l’heure de passer à table ! « Members Only » vous fait découvrir ou redécouvrir quelques bonnes adresses.


« Toucan », version terre et mer !

A Ixelles, sur la belle avenue Louis Lepoutre, « Toucan » se décline en version terre et mer pour le seul plaisir des papilles. Dans leur genre, les deux restaurants font référence. Au « Toucan sur Mer », une clientèle branchée et épicurienne savoure les poissons du jour (les coquilles Saint-Jacques sont annoncées !) et, dit-on, les meilleurs plateaux de fruits de mer de la ville. Le décor est marin, l’atmosphère, iodée : cap vers la Bretagne, mon capitaine ! Au « Toucan Brasserie », la carte est à la fois classique et méditerranéenne avec de délicieuses suggestions au gré des saisons. La cassolette de chipirons, les viandes maturées et le gibier font notamment courir le Tout-Bruxelles. Dans les deux maisons, la carte des vins s’accorde merveilleusement avec les mets et l’ambiance est chic et conviviale. Terrasses pour les beaux jours, service parfait, voiturier et salle pour banquets : pilotée par l’emblématique Jean-Michel Hamon et Charlotte Resimont, l’adresse est un must qui mérite une réservation toutes affaires cessantes !

www.toucanbrasserie.com


« Lola », griffée Litvine

Depuis 25 ans, c’est une adresse incontournable sur la mythique place du Sablon, à Bruxelles. Et « Lola » porte merveilleusement son âge. Reprise récemment par la famille Litvine, la brasserie emblématique a tout pour plaire aux visiteurs de passage comme aux habitués. Ambiance chic et décontractée, salle lumineuse, terrasse conviviale et protégée, service attentionné : chacun trouve rapidement ses marques. La carte évolue au fil des saisons mais reste fidèle à son ADN avec une cuisine classique mais inventive, simple mais raffinée. Les spécialités belges sont en première ligne avec les incontournables et onctueuses croquettes aux crevettes, les ravioles de homard, le vol-au-vent volaille et ris de veau, le cabillaud crevettes grises et sa divine purée. Mais l’épicurien gourmet se laissera aussi tenter par l’émietté de crabe tourteau, le duo de solettes et, en dessert, la tarte au chocolat ou la traditionnelle dame blanche. La carte des vins, variée et aux prix raisonnables, complète la belle note. A l’arrivée, une maison (ouverte 7 jours sur 7) qui fait rayonner la griffe Litvine et où il fait bon se poser.

www.lolarestaurant.be


Maxime Colin, compositeur et interprète

A Kraainem, dans le parc Jourdain, entre château et lac, voilà une véritable adresse gastronomique. Artiste des fourneaux et des saveurs, le chef Maxime Colin (ex-« Villa Lorraine ») y exerce ses talents en composant une véritable symphonie au gré de ses humeurs. Le convive choisit son menu (de 3 à 6 services), puis se laisse simplement guider dans un voyage gustatif, agrémenté de vins spécialement choisis. La vie de palais ! C’est à la fois classique et original. Le produit est, bien sûr, toujours mis en avant. Mais, dans chaque plat, on remarque l’esprit créatif d’un chef audacieux et passionné. Quatre petites salles à l’intérieur, terrasse pour l’été, business lunch à midi, salon pour les banquets, parking privatif : il ne manque rien. Ah ! si, une première étoile. Elle ne devrait pas tarder.

www.maximecolin.be


« Relais St-Job » : un vrai classique

C’est l’une des brasseries les plus emblématiques et authentiques de Bruxelles. On y vient de génération en génération pour son ambiance familiale, sa carte classique et généreuse, son accueil convivial. Place Saint-Job,  « Le Relais » fait vraiment partie du patrimoine ucclois ! Pilotée avec passion par Thierry Groeteclaes, la maison est une halte idéale pour un lunch entre collègues, un dîner d’amis, une fête familiale ou, simplement, un bon repas made in Belgium à un prix démocratique. La carte – très complète – est celle que le Bruxellois apprécie avec des plats typiques (croquettes et tomates aux crevettes, moules, côte à l’os, rognons de veau, filet de bar beurre blanc, cabillaud mousseline, pain perdu aux pommes caramélisées…). Et celle des vins, spécialement préparée par le patron (grand passionné de biodynamie), ne décevra pas les connaisseurs. Avec une salle pour banquets à l’écart et une vaste terrasse chauffée sur le toit, « Le Relais » répond à toutes les attentes 7 jours sur 7, de midi à 23h30. Depuis peu, un traiteur a élu résidence à côté du restaurant : on y retrouve de nombreux plats de la brasserie à emporter avec, en prime, une collection de bonnes bouteilles.

www.relaisstjob.be


« Brinz’l » : la qualité discrète

C’est une adresse discrète. A Uccle, dans la petite rue des Carmélites, le « Brinz’l » s’adresse, en priorité, aux amoureux de bonne cuisine et de beaux produits. La lady chef Laure Genonceaux y compose, depuis 2015, une carte variée, dictée par les saisons et un véritable talent naturel. « Ce dont je suis la plus fière, c’est d’être devenue ma propre patronne. Je n’ai qu’un objectif : donner du plaisir aux clients », explique-t-elle. Mission accomplie ! La carte est un hymne aux saveurs d’ici et de là-bas. Le poisson est décliné de mille façons avec toujours une touche originale, comme pour le filet de sole/raviolis aux épinards/beurre aux huîtres et algues ou le dos de cabillaud/poêlée d’encornets et poivrons confits/émulsion de chorizo. Un menu surprise 4 services accentue la magie. Une carte  à emporter, très tendance en cette période, complète le service. Ah ! un mot encore : la liste des cocktails maison dégage un petit parfum de l’île Maurice, le pays d’origine de Laure. D’ailleurs, « Brinz’l » veut dire « aubergine » en mauricien !

www.brinzl.be

Members Only freelance reporter

Comments are closed.