Ad

A Mont-Saint-Guibert, un projet immobilier vise à réhabiliter un site industriel de neuf hectares qui abritait jadis les anciennes papeteries. Le promoteur-développeur bruxellois y développera une centaine d’appartements contemporains disposant de beaux volumes.


Pendant longtemps, les papeteries de Mont-Saint-Guibert ont sonné le « la » de ce coin du Brabant wallon recherché pour sa tranquillité et sa qualité de vie. Reléguées aujourd’hui au rayon des souvenirs d’un temps où l’industrialisation régnait en maître, les papeteries ont cédé la place à différents projets et constructions qui en font la renommée actuelle. Au premier rang desquels on trouve deux musées (le célèbre musée Hergé et le musée L) ainsi que le centre de loisirs Bois des Rêves.

A cela, viendra bientôt s’ajouter un vaste projet immobilier qui placera encore un peu plus cette commune d’un peu plus de sept mille âmes au centre des attractions de la province.

Jardins de l’Orne

Baptisé les Jardins de l’Orne, en référence à la rivière qui l’arrose, le projet comporte pas moins de six phases dont la plupart sont déjà achevées. La dernière de celles-ci vient de connaître un repositionnement important puisque le promoteur-développeur Eaglestone a acquis, cet été, la société baptisée Jardins de l’Orne SA, propriétaire et titulaire des permis de la réhabilitation du site qui s’étend sur neuf hectares.

« Implantée dans la partie la plus verte du site, en retrait de la voirie et le long du nouveau bief créé sur le lit d’origine de l’Orne, l’ensemble du futur programme s’articule autour du cours d’eau. Le nouveau quartier à venir sera écoresponsable et disposera de respirations vertes en quantité, dont un parc structuré avec une promenade accessible au public. La mobilité douce sera privilégiée à travers le site par des petits sentiers et différents espaces verts de qualité favorisant la biodiversité seront aménagés », explique Benoît Galoux, CCO d’Eaglestone.

Cette ultime phase (baptisée, quant à elle, tout simplement « Orne by Eaglestone ») proposera, au sein de sept immeubles  déclinés en rez +3 et rez +4, cent quatorze appartements et une surface commerciale pour un total de plus de 11.000 m2 qui viendront mettre la touche finale à ce qui devra être considéré comme un nouveau quartier à part entière.

Toitures plates, baies vitrées, isolation renforcée, matériaux et finitions de qualité, hautes performances énergétiques, confort acoustique, terrasses, balcons, jardins privatifs : rien ne sera laissé au hasard par Eaglestone dont on connaît le goût et l’amour du travail soigné. Les unités iront du studio à l’appartement trois chambres avec des surfaces qui oscilleront entre 40 et 126 m2. La cible visée concerne aussi bien l’acheteur qui veut occuper lui-même son bien que l’investisseur à la recherche d’un rendement attractif. Quant au prix, Eaglestone annonce 2.900 euros/m2, hors frais, ce qui reste hautement raisonnable pour une région comme le Brabant wallon. La commercialisation vient tout juste de démarrer.

Havre de paix

Il va sans dire que le positionnement de l’ancien site industriel donnera au nouveau quartier un petit goût de paradis. La nature qui l’entoure ainsi que le cours d’eau feront rêver les amoureux de calme et de verdure, lesquels pourront également profiter de toutes les commodités de la ville puisque le quartier est implanté à proximité de Louvain-la-Neuve et de son ambiance citadine. L’Orne bénéficiera en outre de la proximité des transports publics, de pôles d’activités économiques et d’un accès aisé aux principaux axes routiers du pays.

La mobilité étant au cœur de toutes les préoccupations actuelles, il convient de signaler qu’une piste cyclable relie Mont-Saint-Guibert à Court-Saint-Etienne. Chemins et sentiers piétonniers sillonnent le quartier, de l’école maternelle et primaire des Hayeffes, au centre sportif Jean Moisse. Tout est à portée de main.

Dessiné par le bureau d’architectes Syntaxe, l’architecture de L’Orne mettra l’accent sur l’élégance et l’écoresponsabilité afin de redonner vie à un ancien site industriel aujourd’hui totalement assaini. « L’Orne est l’équilibre parfait entre un site verdoyant et une architecture écoresponsable, dans un cadre avant tout dédié au logement, aux PME et aux commerces de proximité », souligne  Joël Meersseman, l’un des trois architectes associés qui dirigent Syntaxe.

300 maisons et appartements

L’Orne by Eaglestone vient ainsi s’ajouter à la longue liste de projets hautement qualitatifs développés par Eaglestone en Belgique, au grand-duché de Luxembourg et maintenant aussi en France. Le groupe se compose aujourd’hui d’une équipe de quatre-vingts collaborateurs et gère un portefeuille de plus de septante-cinq projets couvrant les segments du résidentiel, des bureaux et des commerces, pour un total de plus de 500.000 m2  en détention et en construction.

On signalera encore qu’une fois complètement achevé, le nouveau quartier dont L’Orne fera partie comprendra près de trois cents maisons et appartements ainsi que des équipements tels qu’une crèche, des commerces et des espaces de bureaux destinés aux professions libérales.

La profonde mutation immobilière que connaît aujourd’hui le Brabant wallon ne pouvait évidemment pas laisser un groupe comme Eaglestone de marbre. « Depuis quelques années, nous observons attentivement l’accélération et la modification du bâti brabançon qui était encore il y a peu l’éden des villas quatre façades », affirme Benoît Galoux. « Le Brabant wallon voit son parc de logements évoluer pour laisser peu à peu place à une offre d’appartements performants dans un environnement verdoyant. Dans ce contexte, Eaglestone a saisi l’opportunité de racheter la société détenant la dernière phase des Jardins de l’Orne », ajoute pour sa part Nicolas Orts, CEO d’Eaglestone.

On signalera à ce sujet que le projet global des Jardins de l’Orne est développé depuis 2011 par la société REIM pour le compte du fond d’investissement Ginkgo Fund SCA, spécialiste dans la revalorisation durable de sites pollués en Europe. C’est à ce fond qu’Eaglestone a donc racheté la sixième et dernière phase, laquelle n’attend plus que ses acquéreurs.

A ce jour, L’Orne est vendu à 17%. Il reste donc encore de la marge mais il y a fort à parier que les biens, qui seront de qualité et situés dans un environnement à haute valeur ajoutée, partiront comme des petits pains. A bon entendeur…

Members Only freelance reporter

Comments are closed.