Ad

Très prisé des joueurs belges et de Thomas Pieters en particulier, ce club de golf néerlandais propose un concept inédit et des infrastructures de rêve. Rien que du bonheur, à une heure d’Anvers !


C’est devenu l’un des lieux d’entraînement favoris de Thomas Pieters. Et pour cause. Situé au sud des Pays-Bas, à une heure à peine d’Anvers, le Bernardus Golf réunit tous les atouts pour savourer pleinement les joies du swing. « Le parcours de 18 trous est exceptionnel et très challenging. Et, parallèlement, le club bénéficie d’infrastructures remarquables avec de fabuleuses zones de practice pour le chipping et le petit jeu, des putting greens aux allures de moquettes et un driving range de la dernière génération avec des balles de compétition. Et le service est à la hauteur avec un petit café avant le départ, des snacks et des boissons sur le parcours. C’est réellement un concept cinq étoiles », explique Jerome Theunis, coach du n°1 belge.

Un parcours de championnat

Le Bernardus a vu le jour voici un peu plus de deux ans dans le petit village de Cromvoirt, près de ‘s-Hertogenbosch, sur des terres agricoles et marécageuses, typiques de la région. « Le projet golfique date cependant de plus longtemps. Mais l’investisseur initial s’est retiré en raison de soucis financiers. C’est finalement l’homme d’affaires Robert van der Wallen, à la tête d’une puissante holding, qui a pris le relais », explique Sabine Riezebos, General Manager du club.

Le résultat est bluffant avec un club unique en son genre au Benelux. Tout est manucuré. Le parcours de 18 trous porte la griffe de l’architecte américain Kyle Philips, également auteur de Kingsbarns, de The Grove, de Verdura ou de Yas Links. Sur des terres vierges – la région est souvent surnommée le « Sahara brabançon » –, il a réussi à créer une ambiance de links d’intérieur en jouant avec les dunes, les pins, les bruyères et les ajoncs. Des myriades de bunkers très scéniques et de nombreux obstacles d’eau naturels se sont subtilement invités dans le décor. Et le vent, souvent présent dans ce coin des Pays-Bas, se charge du reste !

Véritable championship course (6.800 m des back tees), Bernardus devait accueillir, cette année, le KLM Open, l’un des tournois phares de la saison sur l’European Tour. La pandémie en a décidé autrement. Mais ce n’est que partie remise. Rendez-vous est déjà pris pour 2021. « Le parcours est passionnant à jouer. Il faut à la fois être long et précis. Et il est essentiel de faire preuve de stratégie pour rendre une bonne carte. Les greens sont grands, ondulés et très bien défendus. En outre, certaines positions de drapeaux peuvent rendre le challenge très compliqué sur l’approche finale », poursuit Jerome Theunis.

Mais tous les joueurs, peu importe leur niveau, prendront le même plaisir. Grâce à six tees sur chaque trou, le parcours est accessible à tous les handicaps et le plaisir est garanti !

150 euros la journée

Mais Bernardus, c’est aussi – et surtout – un véritable concept. Parallèlement aux infrastructures golfiques, le club dispose d’un somptueux club-house ultramoderne (avec terrasse ombragée), d’un restaurant gastronomique piloté par le chef étoilé Edwin Kats, d’une cave à vins avec les crus californiens millésimés du propriétaire, d’une salle de fitness, d’un sauna finlandais, d’un hammam, d’une piscine extérieure et d’un court de tennis. Les visiteurs épicuriens peuvent même loger dans les lodges très luxueux érigés dans le resort et en profiter pour découvrir la région. Ce ne sont pas les randonnées à vélo qui manquent !

Fût-il d’apparence exclusif, le club est largement ouvert vers l’extérieur avec, en toile de fond, un business model très original. « Chez nous, le principe du green-fee classique n’existe tout simplement pas !  Nous comptons 250 membres à l’année qui ont évidemment accès à toutes les infrastructures. Mais, pour le reste, nous privilégions le ‘Day Membership’. Concrètement, les joueurs extérieurs acquittent un forfait journalier de 150 euros et peuvent profiter de nos installations de l’aube au crépuscule. S’ils ont le temps, ils peuvent ainsi s’offrir 18 trous le matin et 18 l’après-midi. Et leur conjoint(e) peut, pendant ce temps, profiter pleinement du sauna ou de la piscine, sans charge supplémentaire », ajoute Sabine Riezebos.

La formule fonctionne très bien grâce, notamment, à de nombreux visiteurs belges ravis de pouvoir combiner du golf sur un parcours magique avec d’autres expériences.

On l’oublie parfois mais les Pays-Bas – qui comptent plus de 300.000 golfeurs (contre 67.000 en Belgique) – bénéficient de nombreux parcours de grande qualité qui méritent le court voyage depuis la Belgique. On pense notamment aux célèbres links Kennemer, Noordwijkse et The Dutch mais aussi à De Pan, à Utrecht, un chef-d’œuvre de l’architecte Harry Colt souvent cité dans le top 10 des plus beaux parcours d’Europe. Bernardus s’inscrit dans la même lignée qualitative. Un must.

Infos : www.bernardusgolf.com

Members Only partner and editor

Comments are closed.